Hadopi va disparaitre (ou presque)

0

La News est tombée il y a un moment déjà sur les sites spécialisés, la HADOPI va disparaitre. La Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet va fusionner avec le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. L’administration qui naît de cette fusion est appelée ARCOM. En somme comment l’ARCOM va agir contre les pirates ?

C’est le début ARCOM

Au revoir HADOPI et bonjour ARCOM. C’est dans Figaro qu’on apprend que le ministre de la culture a dévoilé l’avenir réservé à HADOPI. En effet c’est la fin (enfin) pour HADOPI. Malheuresement les choses ne sont pas si simples, car l’administration est remplacée par ARCOM.

ARCOM est une nouvelle entité née de la fusion entre le CSA et l’ancien HADOPI. ARCAN fut le premier nom proposé, mais c’est finalement « ARCOM » qui l’emporte. Et cela signifie « autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique« . On comprend que ça démarre assez mal pour eux, car l’acronyme ne colle même pas avec la définition qu’ils en ont. Quoi qu’il en soit ce « nouveau » service ne s’occupera plus seulement du téléchargement illégal (ou du streaming) comme l’indique le ministre de la Culture.

 

Cette autorité disposera de nouveaux pouvoirs attribués par la loi récemment adoptée pour lutter contre les infox et la loi Avia contre les propos haineux en ligne prochainement discutée au Sénat. Elle disposera aussi de nouveaux moyens juridiques pour renforcer la lutte contre les sites illicites.

La fin du téléchargement illégal ?

Même si la fusion a été officialisé par le ministre lui-même, il est impossible pour le moment de savoir comment va évoluer HADOPI. En effet la nouvelle entité ARCOM pourrait très bien continuer de fonctionner comme le faisait la précédente HADOPI ou tout révolutionner. Aurons-nous encore droit à des lettres ou des emails nous indiquant qu’il ne faut plus télécharger ?

En attendant ARCOM prend le nom de domaine « ar-com.fr » selon NextINpact. De surcroit il semble que « arcom.fr » soit déjà réservé depuis 2019 et cela par une entreprise Suédoise.

Conclusion

L’état a donc un volonté de censurer des médias de « fake news » et de limiter les réseaux sociaux. On peut penser que cela pourrait être une bonne nouvelle, mais c’est peut-être là un moyen pour faire pression sur les petits journaux et éviter les débordements médiatiques – façon Snowden.

 

Source : Nextwarez

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.