RED vend des SSD grand public à des professionnels

0

RED est une marque de cameras et de logiciels. Cette entreprise commercialise principalement des produits à destination des professionnels du cinéma ou de la vidéo. Et d’un point de vue amateur acheter une camera RED représente un investissement conséquent. En somme une simple camera peut coûter jusqu’à plusieurs milliers de dollars. Aussi, nous n’avons même pas abordé le sujet des accessoires.

Des produits professionnels pour les professionnels

La réputation de RED n’est plus à faire dans le monde du cinéma. Nombreux sont les amateurs qui souhaiteraient travailler avec leurs produits – moi le premier. Mais il faut le savoir, le matériel professionnel a son prix. Et seules les grosses productions Netflix comme Stranger Things ou cinématiques font usage de ce genre de matériel.

Ainsi leurs cameras embarquent de l’électronique taillé pour l’enregistrement en 5 ou en 8k. Et on a droit a du 120fps sur les appareils. Mais cela n’est rien face à la flexibilité de travail qu’apporte des cameras RED sur un tournage et en post-production. En effet ces cameras permettent de changer de nombreux paramètres après capture – comme l’ISO par exemple.

Un système propriétaire

RED a toujours fait des produits propriétaires et à accessoiriser. L’entreprise a toujours prétendu faire du développement « maison », que cela soit au niveau matériel ou du logiciel.

Tout récemment l’entreprise a fait le buzz sur le web concernant ses supports de stockage. RED s’est toujours vanté d’avoir développé des disques ayant leur propre système de fichiers, vitesses d’écritures certifiés et une fiabilité à toute épreuve.

RED vend le Mag et le Mini-mag pour ses cameras, qui ont une connectique propriétaire. Le Mini Mag de 480Go est à 1450$ alors que la version à 960Go à 2000. C’est plus qu’Apple et le stockage de ses appareils (MacBook Air ou Pro).

Un concurrent révèle des informations sensibles

En réalité RED a enjolivé les choses. Le scandale débute à cause de JinniTech, qui vend des cartouches à moitié prix de celles de RED. Les deux sociétés se sont retrouvés devant le juge à plusieurs reprises, l’un accusant l’autre de viol de propriété intellectuelle.

Les Mag de RED ne sont que des SSD Crucial.

Afin de prouver sa bonne foi (ou de provoquer RED), JinniTech a publié quelques vidéos sur YouTube concernant RED. On peut donc retrouve le contenu d’un Mini Mag, qui n’est en fait qu’un SSD grand public.

Les supports de stockage estampillés RED :

  • ne seraient que des modèles grand public de Crucial/Micron (ici avec un M500) ;
  • n’auraient pas les capacités affichées (512Go vs 480) ;
  • n’auraient de « Made in USA » que l’assemblage final ;
  • rien de propriétaires en matière d’algorithmes et de contrôleurs.
Le MAG n’est en fait qu’un Mag Mini avec de l’air.

RED a obligé ses clients à changer de format de support dernièrement en passant du MAG au Mag Mini en arguant une incompatibilité entre les deux. Or on retrouve les mêmes disque à l’intérieur.

Une réponse du CEO de RED

Le CEO de RED n’allait pas laisser passer cette affaire sans réagir. Et celui-ci s’est tout simplement défendu en expliquant les coûts élevés en matière de R&D de leurs produits.

Même si pour nous cela ne semble être rien d’important, les disques dur doivent respecter un processus qualité. Et RED ne déroge sûrement pas à la règle.

Conclusion

Au final l’entreprise a accepté de baisser le prix de ses cartouches de stockage. Au fond RED ne facture pas seulement du stockage, mais aussi du service tel que son support client ou l’écosystème.

Source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.