Le Digital Detox ou comment se passer de son smartphone

0

Depuis que je possède un smartphone, je me suis rendu compte que celui-ci occupait une place de plus en plus importante dans ma vie. Inconsciemment, je me mets à regarder mon téléphone, même lorsque je n’ai pas de notification. Un jour, je me suis aperçu de l’omniprésence de cet appareil et de l’asservissement auquel j’étais confronté. Il est l’heure pour moi de vous parler du « digital detox« , une pratique consistant à limiter son utilisation des écrans – et encore plus de son smartphone.

Esclave de la technologie

Parfois, alors que je ne sors mon smartphone que pour regarder l’heure, je me retrouve à naviguer dans mes applications et à perdre du temps. Avec la croissance des réseaux sociaux et des formats de médias de plus en plus court, ma concentration a fini par en prendre un coup. Sur Facebook, Twitter, Snapchat… je me retrouve à lire des « billets » et à regarder la vie des autres avec des durées de quelques secondes. J’alterne entre les réseaux lorsqu’il ne se passe rien et finis par ne plus être productif. Au bout de plusieurs minutes je me rend compte du temps que j’ai pu perdre.

Je me souviens que Snapchat a été pour moi la première application à réellement arriver à me déconnecter du monde réelle. Lorsque j’ouvrais Snapchat à mes débuts sur mon smartphone, je perdais toute notion du monde qui m’entourait.

Une illusion de « multitâches »

On entend souvent dire que les femmes sont « multitâches » et que les hommes non. Pour rétablir la vérité, aucun humain ne peut réellement faire plusieurs tâches en parallèle. Lorsqu’on parle de multitâche on s’imagine par exemple écouter la radio et par la même occasion surfer sur le web ou faire le tour des réseaux sociaux. On peut aussi penser faire du montage à l’aide de Premiere Pro alors que l’on regarde en simultané un tutoriel sur YouTube depuis notre second écran. En fait rien de tout cela n’est possible;

Lorsqu’on croit faire du multitâches, on se retrouve en fait à alterner entre les tâches. Cela amène un problème de plus en plus important ; l’illusion de progresser sur plusieurs choses en même temps alors que finalement rien n’avance. Au bout du compte, on se retrouve avec d’énormes retards, qu’il est bien souvent difficile de rattraper.

Un smartphone trop présent

Le smartphone est aujourd’hui un membre à part entière de notre corps. Personnellement je l’emporte partout avec moi, il m’arrive même quelques fois de rentrer chez moi pour le récupérer lorsque je l’ai oublié. Pire, je me mets à paniquer quand je pense l’avoir perdu.

Selon une étude menée au Royaume-Uni en 2014, on consulte en moyenne 221 fois son smartphone par jour. En voyant ces chiffres, j’ai de suite trouvé cela abérant. Il était pour moi totalement impossible de penser à regarder autant de fois son téléphone en une journée. Mais ce n’est pas le pire. Ces 221 consultations, nous font passer 3 heures et 16 minutes par jour devant nos smartphones.

En y réfléchissant bien on peut très vite comprendre ce constat. À chaque notification on y jette un oeil. Pour regarder l’heure on y jette un oeil. Et quand on s’ennuie on y jette un oeil. A tout instant de la journée, le téléphone vient occuper une attention qui ne fait que baisser. Selon une autre étude, notre attention est passé de 13 à 8 secondes entre 2000 et 2017. Un chiffre qui a de quoi alarmer, quand on pense être plus productif avec nos nouvelles technologies.

Regagner sa liberté avec la technologie

J’entends souvent des adolescents dire « sans mon téléphone, je meurs » – on peut même le voir assez souvent sur Twitter. Depuis une semaine, ma réflexion est à contre-courant de celle-ci. J’essaie de m’éloigner le plus possible de mon smartphone et pour cela, j’ai été radical.

Désactiver les notifications

La première raison qui fait que je regarde mon smartphone est la présence de notifications – et par la même occasion le clignotement de la LED, qui va avec. Or aucune notification n’est en soi réellement urgente sur un smartphone. On peut recevoir un email important, mais on a quand même le temps d’y répondre une fois dans de bonnes conditions.

Sur Android, dans la configuration des applications il y a la possibilité de bloquer ou de limiter les notifications. J’ai fait le choix de toutes les bloquer. Hormis les SMS, les appels ou les notifications de transactions comme Revolut, plus rien ne s’affiche sur mon écran.

Je ne suis donc joignable que lorsque je souhaite l’être. Je ne passe en revue mes emails, que lorsque j’en suis disposé -, il faut l’avouer aussi qu’ils ne sont en général pas très important non plus.

Se concentrer sur une seule chose

Sur PC, le vice est aussi présent. Les ordinateurs dont on dispose sont puissants, on peut ouvrir des tonnes d’onglets et amasser les informations. Mais comme toujours, on finit par s’y perdre. J’avais auparavant l’habitude, lors du chargement d’un onglet, de basculer sur d’autres onglets déjà ouverts. Au final, je finissais par perdre mon sujet et mon objectif de vue.

J’utilise au quotidien Firefox Quantum. Lorsque le navigateur se lance, il démarre par défaut une seule page – qui est souvent un moteur de recherche. D’autres navigateurs comme Opera ou Vivaldi eux démarrent par défaut les derniers onglets que vous avez visités. Le tourment de la technologie reprend alors.

Je vous conseille donc pour vous y retrouver de configurer le lancement de votre navigateur sur une seule page. De même, prenez l’habitude d’attendre le chargement complet de votre page avant de vous attarder sur les autres. Vous aurez moins l’impression de vous dissiper dans votre navigation. Au lieu de vous rendre sur le premier réseau social qui vient à l’esprit, concentrez-vous sur quelque chose de plus productif.

En conclusion : une semaine sans smartphone

Après une semaine avec mes nouvelles habitudes, je me suis vite rendu compte de l’amélioration provoquée. Lorsque je regarde une série sur Netflix, je ne vais plus consciemment (ou inconsciemment) prendre mon smartphone parce que je m’ennuie. Je finis entièrement mon média (comme pour un livre) avant de passer à autre chose. Lorsque je travaille, je ne sors plus mon téléphone aussi souvent. Dans les transports, je me met à réfléchir et à imaginer des choses que je peux faire au lieu de stalker la vie des autres sur les réseaux. Sur mon PC, je n’alterne plus entre les pages que je visite en prenant des fragments d’informations, qui finissent par se mélanger entre elles.

Pour terminer, je dirais que le fait de me lancer dans une telle expérience a été enrichissant pour moi. J’espère juste garder mes nouvelles habitudes. Et n’oubliez pas, la meilleure façon de soigner une addiction est de la remplacer par une autre, mais plus bénéfique.

Laisser un commentaire